Avis de présence

Une fois de plus les armes destroyées
une fois les dernières larmes essuyées
une fois que mon âme eut fini de s'apitoyer

il a fallu peu à peu reconstruire
on a pu petit à petit sourire
j'ai voulu au monde m'ouvrir

l'anarchique n'ayant plus droit de cité
la colchique vint à point nommé
des couleurs chics je me suis paré

toutes les armes destroyées
il a fallu peu à peu reconstruire
l'anarchique n'ayant plus droit de cité

les dernières larmes essuyées
on a pu petit à petit sourire
la colchique vint à point nommé

mon âme ayant fini de s'apitoyer
j'ai voulu au monde m'ouvrir
des couleurs chics enfin paré

Au noyau de l'absence
brille la présence
Au creux du vivant
monte l'élan
Au double de l'âme
donner la part qu'elle réclame

Laisser un commentaire